Les 4 plantes comestibles à savoir identifier

La botanique peut-être complexe et vu la toxicité de certaines on n’ose pas se lancer. Il existe pourtant énormément de plantes comestibles, et certaines sont communes et difficiles à confondre. En voici 4 que vous devez absolument connaître!

L’Ortie

Ortie1

La plus simple à reconnaître! C’est celle qui pique et démange! Les feuilles sont de forme elliptiques et dentées. La taille de la plante peut atteindre 80 cm.

Il existe des plantes très ressemblante, les lamiers, qui ne sont pas urticants et également comestible. Ils sont plus proches de la menthe.

Bref, n’hésitez pas à les cueillir!

Le Plantain

Les plantes comestibles vous réservent d'agréables surprises gustatives

Plantain moyen

Autres plantes comestibles, les plantains il en existe beaucoup d’espèces en Europe et heureusement pour nous ils sont tous comestibles. Mais deux espèces seulement sont intéressantes pour la consommation : le plantain moyen et le plantain lancéolé.

Le Plantain pousse en rosette et mesure de 10 à 30 cm. Les nervures des feuilles sont très marquées et dégagent une odeur de champignon de Paris quand on les froisse!

Le Plantain lancéolé qui soulage les piqures d'Ortie

Plantain lancéolé

Les fleurs se présentent au sommet d’épis.

On peut les manger crues ou blanchies à l’eau (ou fourrées dans un pain bannique), et c’est délicieux!

C’est également un efficace apaisant pour les piqures d’insectes et d’orties, froissez les feuilles et frotter les sur la zone qui vous démange… effet garanti!

Envie de mettre ça en pratique? Venez participer à nos bivouacs initiation!

Le Pissenlit

Pissenlit commun

Faut-il le présenter! Le Pissenlit pousse partout en rosette, les fleurs sont jaunes au bout d’une longue tige creuse et la sève est laiteuse.

On pourrait se tromper avec la fleur du tussilage mais celui ci fleurit avant que les feuilles ne soient apparue, et on ne peut pas vraiment confondre les feuilles.

Le pissenlit se consomme de la racine à la fleur.

Le Trèfle

Trifolium repens (inflorescense)

Fleur de trèfle blanc

Je ne vous parlerais que du trèfle blanc, qui est le plus commun mais tous les trèfles sont comestibles. Là aussi difficile de se tromper.

Mais oui, on peut se tromper et consommer de l’oxalis qui est toxique. Il suffit de bien regarder les folioles: le trèfle a 3 ovales, l’oxalis en a 3 en forme de cœur! La fleur également est complètement différente.

On peut consommer les fleurs et les feuilles du trèfle, qui ont un bon goût de petit pois frais!

Règle de sécurité

Attention si vous consommez les plantes comestibles crues veillez à bien choisir votre nourriture. Toujours se méfier des zones humides, des pâturages, des abords de sentiers et éviter autant que possible les plantes en dessous de 40cm. Plus la feuille est jeune moins elle a de chance d’avoir été souillée (et elle est plus tendre!), les fleurs se fanent rapidement et présentent également moins de risques.

En cas de doute cuire, ou jeter… mieux vaut avoir un peu faim que d’attraper une saleté!

Pour rester informés de nos activités inscrivez vous à la newsletter!

3 Commentsto Les 4 plantes comestibles à savoir identifier

  1. Braud dit :

    C’est bon,tout ça. Je serais preneur de quelques recettes.
    Quand tu dis « souillé  » ,c’est bien par les animaux ?
    40 cm pour les pissenlits, je te l’accorde, ils sont beaux.
    Merci pour très publications
    À la croisée des chemins.
    Belle journée
    Jean Paul

    • admin dit :

      Les principaux risques chez nous en Belgique et en France sont la douve en zone humide et l’échinococcose. Le risque d’infection est minime mais ces deux parasites sont de vraies crasses qui peuvent passer inaperçus des années. On trouve les œufs dans les déjections des ruminants et des canidés (chiens et renards). La plante ne sera pas directement contaminée par la déjection mais surtout par les éclaboussures de la pluie sur les déjections, le passage des animaux coprophages… 40 cm est une marge de sécurité. A toi de déterminer si la zone est à risque ou pas : un gros pissenlit en bord de chemin ne représente pas le même risque que le même sur une pente très abrupte.
      Faut pas tomber dans la psychose non plus, pour l’échinococcose par exemple les contaminations se font principalement par un contact avec les chiens et les cas sont rarissimes, mais vu la gravité du parasite mieux vaut prendre ses précautions et ne pas manger n’importe comment.

    • admin dit :

      Sinon oui, j’ai plein de recettes de bivouac sous le coude, j’y travaille 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :