4 plantes comestibles communes

Vu le succès de mon premier article sur les incontournables comestibles je vous écrit donc un autre petit article.

Les plantes présentées ici sont susceptibles d’être confondues avec d’autres plantes toxiques. Mais il existe des trucs faciles pour sauver sa peau 🙂 Certaines ont également des propriétés médicinales (expectorants, laxatifs)… consommez les donc en quantité raisonnables.

L’Ail des ours

Connu par presque tous les cueilleurs de plantes sauvage. C’est une plante de début de printemps qui disparaît ensuite dès que la saison avance. On peut la trouver de février à mars, voire un peu plus tard sur les versants ombragés.

Plante de sous-bois qui peut former des tapis denses elle est excellente crue ou cuite… Et devinez quel gout elle à? Oui, l’ail 🙂 🙂

Illustration Allium ursinum1.jpgAllium ursinum8 ies.jpg
La plante est haute de 20 à 50cm.

La partie moins amusante avec cette plante c’est qu’elle partage son biotope avec trois plantes toxiques qui lui ressemblent : le muguet, le colchique et l’arum. Ceci dit la différence est facile à faire : seul l’ail des ours sent l’ail.

Le bulbe est également comestible… mais ce serait dommage de détruire une ressource renouvelable, allez y doucement.

Crue ou cuite elle parfumera tout vos plats de bivouac.

La Pimprenelle – ou Sanguisorbe

Petite plante des milieux calcaires et sec on la trouve fréquemment sur le bord des chemins bien exposés. On la consomme en salade et elle ne possède pas l’amertume du Pissenlit.

Sanguisorba nov.JPG

Les fleurs sont aussi caractéristiques

Pimprenelle fleur.JPG

Le Sureau Noir

Plante très commune le Sureau peut vite devenir une bonne source de calorie pour vos randonnées mais nécessite quelques précautions.

Les fleurs et les fruits sont comestibles cuits, les autres parties de la plante sont toxique.

De plus une espèce voisine, le Sureau hièble, est toxique. Voici comment les différencier :

Le Sureau hièble est herbacé (tiges souples), petit (moins de deux mètres), fleurit en été (juillet-aout) et ses fructifications sont dressées.

Le Sureau Noir est ligneux (du moins pour les vieilles tiges), plus grand (5-6m), fleurit au printemps (mai-juin) et possède des fructifications retombantes.

Description de cette image, également commentée ci-après

L’Egopode

Une autre plante de sous-bois comestible, dont on peut consommer les feuilles crues ou cuites.

Description de cette image, également commentée ci-après
On pourrait la confondre avec le Maceron, mais comme celui ci est également comestible cela n’a pas trop d’incidence.

Et voila, encore 4 plantes comestibles que je rencontre presque à chacune de mes randonnée, et que je me ferais un plaisir de vous montrer durant nos weekend initiation

PS : Promis je change les photos de Wikipedia pour les miennes dès que j’en ai des potables à vous montrer ^^

 

 

 

 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.